LeftPad
Bienvenue
Harry M. Molson
Phares & bateaux-phares
menubar

ACCUEIL Histoire et archives

Histoire du Yacht-Club Royal St-Laurent

En 1888, un groupe de messieurs, amateurs de voile, se réunirent dans les salons du Montreal Amateur Athletic Association en vue de fonder le «St. Lawrence Yacht Club». Ces hommes d'action ne perdirent pas de temps et accomplirent beaucoup durant la soirée du 7 avril, à un tel point que l'impulsion donnée se prolongea au cours des jours et semaines qui suivirent. Un programme de régates fut mis au point, la première étant prévue pour le 24 mai, soit à peine six semaines après la première assemblée des fondateurs.

A cette époque, l'emplacement destiné à devenir la propriété du Club était encore en pleine campagne, dans une zone agricole, et l'on pouvait y boire l'eau du Lac Saint-Louis. L'on ne pouvait pas soupçonner qu'un jour de modernes avions réactés qui font aujourd'hui partie du paysage quotidien se poseraient tout près, là où se trouve maintenant l'aéroport international Pierre-Eliott-Trudeau, alors des champs en culture. Au moment où le Club en était à ses premiers pas, les frères Wright se livraient à des expériences avec des cerfs-volants et des planeurs, quinze ans avant que ne prenne place la première tentative de vol des ancêtres de notre présente génération d'aéronefs.

Le Canada avait vu le jour à peine vingt ans auparavant et le dernier crampon marquant la fin des travaux de la première ligne ferroviaire transcontinentale, celle du Canadien Pacifique, n'avait été posé que deux ans auparavant. Ce crampon avait été cloué par Donald Smith qui allait devenir un Commodore honoraire énergique et influent de notre Club, en tant que Lord Strathcona dont la mémoire est perpétuée par la magnifique coupe Strathcona qui orne nos salons et continue d'être attribuée.

L'étendue de la sphère d'influence de cet homme est inimaginable, certains historiens allant jusqu'à le qualifier d'avoir été, au moment de sa mort, l'homme le plus riche de l'Empire britannique.

En 1894, Sa Majesté la Reine Victoria décerna au Club la désignation de «Royal» et les membres du Club, propriétaires d'un bateau, furent autorisés à formuler une demande auprès de l'Amirauté pour obtenir l'autorisation personnelle d'arborer le pavillon bleu de la flotte de Sa Majesté. Il faut noter que le Club, ayant obtenu ce privilège de la Reine Victoria, arborait le pavillon bleu «non modifié». Les membres propriétaires de bateaux devaient s'adresser, par l'entremise du secrétaire du Club, aux Quartiers Généraux de la Marine à Ottawa pour avoir l'autorisation d'arborer le pavillon bleu «modifié» par l'ajout des armoiries du Canada. Tout cela apparaît bien loin des réalités d'aujourd'hui et, depuis l'adoption par le Gouvernement fédéral en 1965 d'un drapeau canadien, c'est ce dernier qui est arboré par les membres propriétaires de bateaux. Par ailleurs, ceux-ci sont invités à arborer également le fanion du Club qui comporte la couronne royale.

En 1901, le Club a reçu une nouvelle incorporation par une loi de la Législature du Québec sous le nom de «The Royal St. Lawrence Yacht Club» qui a été subséquemment traduit par lettres patentes supplémentaires sous le nom de «Le Club de Yacht Royal Saint-Laurent». Dans le langage courant, les membres francophones utilisent plus facilement le terme «Le Royal Saint-Laurent». Depuis peu, la version francophone du nom a été modifiée, conformément au bon usage, en Yacht-Club Royal Saint-Laurent.

Le Club est né alors que la Reine Victoria régnait sur un empire sur lequel «le soleil ne se couchait jamais». Il a arboré le pavillon bleu au cours du règne de quatre rois et une reine subséquents, pour finalement établir des liens directs avec la monarchie dans les annnées '50. C'est durant cette décade que le dragon royal «Bluebottle» a visité le Royal Saint-Laurent et participé à deux régates. C'est en 1954 que le Duc d'Edimbourg a voulu commémorer ces événements en accordant son patronage au Club. Cinq ans plus tard, lorsque la Reine Elizabeth visita le Canada et inaugura la Voie maritime du Saint-Laurent, elle passa notre flotte en revue alors qu'elle remontait le Lac Saint-Louis à bord du yacht royal "Britannia".

Pendant plus de 125 ans, le destin du Royal Saint-Laurent s'est avéré merveilleux, tant localement qu'ailleurs dans le monde, reflétant la passion pour les bateaux, les défis offerts par le vent et l'eau et l'attraction pour la compétition dans un des modes de propulsion les plus fondamentaux.

Le kaléidoscope d'un siècle d'histoire a englobé un grand nombre de personnes et d'événements. A partir du petit groupe de fondateurs, des générations se sont succédées en perpétuant et en ajoutant aux légendes et au savoir-faire du Royal Saint-Laurent. Exclusif en termes de nombre et de statut social dans ses années d'incubation, le Club a depuis lors maintenu un cap axé sur les principes de base qu'étaient la voile et la compétition. Dans l'intervalle, l'attrait pour les activités nautiques récréatives s'est accentué et est devenu à la portée d'un éventail relativement étendu de personnes et de types d'embarcations. Pour tous ceux que cela intéresse, une histoire plus complète du Royal Saint-Laurent est consignée dans notre Album du Centenaire de 200 pages publié en 1988 que vous pouvez obtenir au bureau du Club.